Messe – le formulaire liturgique

La Congrégation pour le culte divin a décidé de n’étudier qu’après la béatification le formulaire liturgique (c’est-à-dire les oraisons du bienheureux, la préface, le choix des lectures) composé pour la messe du nouveau Bienheureux. Ainsi, la constitution de ce formulaire n’a débuté que fin novembre 2016.

Monseigneur Cattenoz, en tant que titulaire du diocèse où a eu lieu la béatification le 19 novembre 2016,  a pu donner l’autorisation d’utiliser un formulaire liturgique à Notre-Dame-de-Vie – Venasque le 21 novembre. Ceci n’est possible que pour le diocèse d’Avignon et a un caractère exceptionnel.

Nous devons maintenant attendre les orientations et autorisations précises de la part de la Congrégation pour le culte divin, tant pour le formulaire français que pour toute autre langue : les traductions doivent elles-aussi suivre des règles précises.

Fêter le bienheureux Marie-Eugène

La Congrégation pour le culte divin donne la possibilité de célébrer la liturgie en l’honneur du Bienheureux Marie-Eugène au jour de sa fête, le 4 février,

dans les lieux suivants :

  • le diocèse d’Avignon (mémoire)
  • les couvents de l’Ordre du Carmel (mémoire)
  • les maisons de l’Institut Notre-Dame de Vie (fête).

Pour tout autre diocèse,
il faut que l’évêque en fasse la demande à la congrégation à Rome,
en la faisant passer par le père Benoît Caulle, Responsable des prêtres de Notre-Dame de Vie, qui transmettra le dossier.

En dehors du 4 février, et exceptionnellement, dans l’année qui suit la béatification, il est possible d’utiliser le commun des pasteurs en l’appliquant au bienheureux Marie-Eugène.

Pour cette messe  Il est possible de prendre les lectures du 21 novembre : Rm 8,14-17.26-27 ; Ps 39 (40) 2.4ab ; 7-10, Jn 7,37-39a.

Une messe en reconnaissance pour la béatification peut être célébrée partout, en prenant telle messe votive (l’Esprit Saint, Marie, etc.) qui exprime un trait de la physionomie spirituelle du nouveau bienheureux.

Tout cela en attendant ardemment la canonisation qui étendra le culte à toute l’Église.